Qui était Jean Dautet ?

Jean DAUTET est né en 1892 à Allanche, sur les hauts plateaux du Cantal. Il vint très jeune à Bordeaux où il fit ses études secondaires au lycée Michel Montaigne.

Jeune bachelier, il s’est inscrit à la faculté des Sciences, y a obtenu le certificat d’études supérieures, en sciences physique, chimique et naturelles ; puis il entreprit des études médicales.

Le déclenchement de la guerre en août 1914 vint brusquement interrompre ses études. Dès les premières semaines de la guerre, il est appelé sous les drapeaux en qualité de médecin auxiliaire. En janvier 1915, il a été fait prisonnier, avec ses blessés, au Chemin des Dames et fut conduit en Allemagne. Considéré comme une «forte tête» il fût envoyé au camp de représailles de Cassel.

Pendant sa captivité, Jean DAUTET s’est dépensé sans compter pour soigner les malades français et russes atteints de maladies contagieuses, et notamment du typhus exanthématique. Il faillit mourir de la diphtérie.

En juillet 1915, très déprimé et malade, Jean DAUTET a été rapatrié par la Croix-Rouge. Malgré la possibilité qu’il avait de rester à l’arrière, il a demandé à reprendre du service dans les unités combattantes. Plusieurs fois blessé, il a refusé de se laisser évacuer.

Après un engagement dans les Vosges, Jean DAUTET, médecin-major fut grièvement blessé par un éclat d’obus qui lui fracassa le bras droit. Le délabrement de son bras droit était si grand que l’on ne parvint pas à obtenir une consolidation des os, malgré une greffe osseuse. Cette greffe lui mutila inutilement la jambe droite.

Cinq citations, la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur, la Croix de Guerre avec palme furent la juste récompense de l’héroïsme de Jean DAUTET.

Empêché d’exercer un art qui exige une aptitude physique qu’il n’avait plus, Jean DAUTET entreprit et mena rapidement à bonne fin les études de la licence en droit. Il se tourna vers l’administration de l’Instruction publique, et devint inspecteur général.

Jean DAUTET poursuivit sa carrière comme Inspecteur Général d’Administration de l’Éducation Nationale, ce qui l’amena à visiter un très grand nombre d’établissements scolaires.

C’est en revenant d’une tournée d’inspection dans la région de Charleville Mézières qu’il trouva la mort lorsque le train par lequel il retournait à Paris fut attaqué, le 24 mai 1944, par l’aviation américaine.

Ce fut grâce à la persévérance de Mademoiselle CLERGERIE que le collège classique et moderne de la Rochelle devint le lycée d’état « Jean DAUTET » le11décembre1959.

Ce fut le Premier Ministre Michel DEBRE qui présida la cérémonie, le 4 mars 1961